Blog
Article
Jean-Marie Santander - Eoliennes Inde

Énergies renouvelables, enjeu essentiel pour les pays émergents

Concilier croissance économique et développement durable : le nécessaire développement des énergies renouvelables

« Le centre de gravité des marchés mondiaux de l’énergie s’est nettement, et de manière irréversible, déplacé vers les pays émergents » déclarait Tony Haymward, le patron de la compagnie pétrolière BP, en juin 2009, à l’occasion de la publication de données historiques : pour la première fois, la consommation énergétique des pays émergents dépassait celle du reste du monde. Le développement accéléré de ces régions a fait bondir les besoins énergétiques d’économies émergentes en pleine croissance, notamment dans des pays immenses comme la Chine, l’Inde ou le Brésil. La demande de ces nations s’est d’abord orientée vers les traditionnels hydrocarbures et le charbon. Mais une telle politique n’a très vite plus été considérée comme raisonnablement viable, sur le long terme. Rapidement, le développement et la diversification de nouveaux moyens de production sont apparus indispensables pour répondre aux nouveaux besoins spectaculaires des émergents. Tout en limitant leur dépendance énergétique et leur impact environnemental.

De fait, ces nouveaux pays grands consommateurs se retrouvent aujourd’hui confrontés à un défi stratégique majeur : concilier développement socio-économique durable et maîtrise de leurs besoins en énergie. Ainsi, depuis déjà plusieurs années, ces nations émergentes soutiennent le développement des énergies renouvelables. Une politique mûrement réfléchie et qui n’a rien de philanthropique.

Une politique déjà encouragée dans les pays émergents

Qu’on ne se le cache pas, pour les émergents, le développement d’énergies renouvelables dans une perspective de production à grande échelle est d’abord une nécessité économique. Face à des besoins en hausse constante, leur raisonnement est très simple : ils savent qu’ils ne pourront pas soutenir durablement leur croissance grâce aux énergies fossiles, vouées à s’épuiser progressivement. Leur sécurité énergétique – probablement l’enjeu stratégique des siècles à venir – passe donc forcément par le développement de nouvelles énergies. Des pays comme l’Inde ou la Chine n’ont d’ailleurs pas attendu pour mettre en place des politiques publiques incitatives ou appuyer les initiatives privées en faveur des énergies renouvelables.

En Inde par exemple, la priorité a été donnée au développement de l’éolien et de l’énergie solaire. En 2010 et 2011, le gouvernement central a ainsi mobilisé un budget d’un milliard de dollars pour soutenir le développement des énergies renouvelables. Ces dernières devraient représenter 20% de l’approvisionnement énergétique national dans les années à venir, selon les objectifs affichés. Et l’éolien devrait ainsi fournir 15% des besoins en électricité des Indiens en 2030. La Chine quant à elle, possédait le premier budget mondial d’aide aux énergies vertes en 2010 : presque 40% des 280 milliards de dollars investis par les pouvoirs publics dans le domaine du renouvelable, à travers le monde. Pour le pays le plus peuplé de la planète, l’objectif est d’atteindre 15% d’énergies renouvelables à l’horizon 2020. Pour ce faire, la Chine a notamment concentré ses efforts vers l’éolien et le secteur photovoltaïque.

Les énergies renouvelables, nouvel enjeu de gouvernance pour les émergents

Les pays émergents sont désormais à la pointe en matière d’énergies renouvelables. En 2010, une étude de la banque Sarasin mettait en évidence le fait que l’investissement vers les filières de l’énergie renouvelable s’était déplacé de l’Europe et des États-Unis vers les puissances montantes comme la Chine, l’Inde et le Brésil. C’est désormais là-bas que résident les plus grands espoirs de croissance pour ce domaine d’activités.

Au-delà de la croissance du secteur en lui-même, le développement des énergies renouvelables représente un nouvel enjeu de gouvernance pour les pays émergents. La question est autant de savoir si ces nations ont les moyens de poursuivre une politique soutenue dans ce domaine que d’étendre leurs efforts sur d’autres plans. À ce titre, les échanges et la coopération entre politiques et initiatives privées, des pays du Nord aux pays du Sud, paraissent nécessaires. Plus que jamais, la transition énergétique est devenue un enjeu mondial et doit donc être traitée comme tel.