Blog
Article
foret

Jean-Marie Santander et Theolia : mise au point

Dans le cadre de l’acharnement procédural dont il a été l’objet, Jean-Marie SANTANDER a fait l’objet d’une plainte pour de nombreuses malversations qu’il aurait commises durant ses mandats.

Jean-Marie Santander entièrement disculpé par la Cour d’Appel

En utilisant des témoignages de cadres dont l’emploi était menacé, la Direction de THEOLIA a failli réussir dans son entreprise de destruction de l’image et de la compétence de Jean-Marie SANTANDER. C’est ainsi qu’elle a abusé le Tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence qui, s’il a relaxé Jean-Marie SANTANDER de la plupart des faits qui lui étaient reprochés, a néanmoins, par jugement du 13 mars 2012, condamné le prévenu pour des faits d’abus de pouvoir, de confiance et de biens sociaux, que l’intéressé avait toujours contestés avec la plus vive énergie.

L’actuel management avait largement communiqué sur cette condamnation dans le Document de Référence 2012, publié à la hâte, quelques jours seulement avant que la Cour d’Appel ne statue et ne donne raison de cinglante manière à  Jean-Marie SANTANDER.

Ce Document, tel qu’il est publié et consultable en ligne sur les sites de l’AMF et de la société porte aujourd’hui gravement atteinte à l’honneur et à la probité de l’ancien Président Directeur Général. Ledit document ne reflète plus la réalité du contentieux judiciaire puisque figurent des condamnations qui ont été entre temps annulées par la Cour d’appel, de même qu’il est fait état de l’éventualité de faits indélicats  qui ne repose sur aucun élément objectif.

Jean Marie SANTANDER souhaite publier intégralement l’arrêt du 7 mai 2013 car la Cour d’appel ne s’est pas contentée de le relaxer des fins des poursuites, elle a pris soin, chef de prévention par chef de prévention, de le disculper entièrement de tout ce que THEOLIA lui reproche depuis plusieurs années. Les motifs de l’arrêt constatent, pour chacune des huit infractions prétendues, que l’ancien Président était toujours intervenu dans l’intérêt social exclusif du Groupe THEOLIA et qu’il n’avait commis aucune des infractions  que l’actuelle direction de THEOLIA avait dénoncées de manière calomnieuse dans le but d’instrumentaliser la justice.

La Direction de THEOLIA a délibérément choisi de diffuser le plus largement une information calomnieuse  qu’elle s’attendait pourtant à voir devenir obsolète dans les 8 jours, afin de nuire à l’image de Jean Marie SANTANDER qu’elle craint comme l’un de ses principaux concurrents.

De 16€ à 1,14 € : la lente dégringolade du cours de Theolia après le départ de Jean-Marie Santander

C’est de manière caricaturale que M. Jean Marie SANTANDER est présenté dans certains documents rédigés par le management de THEOLIA comme ayant laissé, lors de sa démission annoncée au marché le 3 septembre 2008, la société dans une situation exsangue et dont le départ aurait été salué par les analystes et le marché comme un évènement positif.

Lorsque Jean-Marie SANTANDER a pris le contrôle de THEOLIA en juin 2004, le cours cotait 2€ au Marché Libre. Durant ses quatre ans de gestion exemplaire saluée par le marché, l’action passait directement du Marché Libre à Eurolist B et intégrait l’indice SBF 120 en tout juste 14 mois, atteignant 32 € en 2007, la capitalisation de THEOLIA dépassant le milliard d‘euros. Plusieurs investisseurs de renom ont rejoint le capital de THEOLIA, dont GENERAL ELECTRIC, qui, bien évidemment faisait procéder à des audits approfondis par les meilleurs cabinets de consultants, avant de vouloir faire de THEOLIA son vecteur de développement éolien en Europe.

Mais lorsque la démission de Jean-Marie SANTANDER a été annoncée au marché le 3 septembre 2008, le cours de l’action THEOLIA qui cotait à 16 € est brutalement tombé à 7, 51 € le 30 septembre 2008, lorsque la démission est devenue effective. C’est dire combien le marché a regretté le départ du dirigeant.

Depuis, grâce à la gestion des managers qui ont « restructuré » THEOLIA, l’action s’est « appréciée » jusqu’à coter 1, 14 €, (soit 0, 57 €, si l’on se souvient de l’opération de regroupement de deux actions anciennes pour une nouvelle, réalisée par l’actuelle direction le 20 juillet 2012, soit une division par deux de la valeur de l’action ancienne) le 5 juillet 2013 !

Certes de manière quasi inespérée, une Offre Publique d’Achat vient d’être formulée sur une base de 1, 70 €, (soit 0, 85 € en valeur constante) ; mais quel aurait été le prix proposé si le titre ne s’était pas véritablement effondré depuis le départ de Jean-Marie SANTANDER, et spécialement depuis la prise de fonctions de l’actuel dirigeant ?

L’actuelle Direction, sous l’autorité de laquelle la valeur réelle du titre « végète » autour de 0,5 €, peut-elle, sans craindre le ridicule, ironiser sur les performances financières réalisées en son temps par Jean Marie SANTANDER… alors que le Document de Référence apprend que le manager actuel perçoit pour sa gestion exemplaire plus de 400 000 € de rémunération annuelle, outre 900 000 actions « de résultat » !

Il est vrai que la communication des managers successifs de THEOLIA ne visait pas à informer les investisseurs, mais plutôt à mettre en doute l’honorabilité et la gestion de Jean-Marie SANTANDER et peut être à masquer  les résultats calamiteux de leur propre gestion.

La publication « en ligne » de l’arrêt de la Cour d’Appel d’Aix en Provence du 7 mai 2013 et l’ordonnance de référé obtenue de Monsieur Le Président du Tribunal de Commerce d’Aix en Provence suite à l’audience du 15 juillet 2013, sur le Blog de Jean-Marie SANTANDER, s’est avérée nécessaire afin qu’une information objective soit donnée, de nature à rééquilibrer les allégations aujourd’hui erronées contenues dans le Document de Référence 2012 et dans certaines communications faites par THEOLIA.